Get the Flash Player to see this rotator.

Rechercher

Photos Martinique

Aucune image

L'histoire

Cruauté des conquistadores

Quand ils entraient dans un village, ils éventraient vieillards, femmes et enfants. Ils arrachaient les enfants du sein de leur mère et leur écrasait la tête contre les roches en les tenant par les pieds. Ils coupaient les deux mains des hommes qu’ils renvoyaient dans la montagne pour servir d’exemple à ceux qui s’étaient enfuis. Ils faisaient cuire à petit feu certaines victimes jusqu’à ce qu’elles rendent l’âme…

 

Les Casas

C’est un évêque espagnol, Las Casas qui décrivait ces atrocités et obtint du Roi d’Espagne en 1517 l’autorisation d’introduire en Amérique les nègres achetés d’Afrique. Il pensait ainsi éviter l’extermination de cette race inoffensive. Mais son projet ne permit pas de sauver les Caraïbes, favorisa l’extension de la traite des Noirs et donna naissance à une nouvelle classe d’esclaves encore plus misérable que la première.

 

Corsaires et Pirates.

Les années qui suivirent la découverte de Christophe Colomb virent se développer une rivalité entre les nations européennes ; rivalités marquées par des combats navals dans le golfe du Mexique et dans la mer des caraïbes. Les Pirates ou écumeurs des mers attaquaient tous les navires pour s’emparer de leur cargaison. Les Corsaires n’attaquaient que les navires en guerre avec leur patrie d’origine et recevaient une récompense.

 

Colonisation de la Martinique

En 1626, sous le règne de Louis XIII, quelques nobles fondèrent à Paris une puissante association « la Compagnie des Iles d’Amérique » sous l’autorité du Cardinal de Richelieu. Cette compagnie obtenait des territoires à exploiter pendant vingt ans et devait reverser 10% de ses gains au roi.

 

Habitants et engagés

Les Habitants étaient des cadets de famille noble destinés à devenir prêtres, mais qui préféraient l’aventure coloniale au cloître. Les Engagés étaient recrutés dans la population de repris de justice et autres bandits de grand chemin avec un contrat de 3 ans. Ils vivaient dans une situation semblable à celle des esclaves (travaux pénibles, fouet, torture, potence et pouvaient être revendus pendant la durée de leur engagement).

 

De l’Olive et Duplessis

Une première expédition de messieurs de l’Olive et Duplessis débarqua en Martinique à l’embouchure de la rivière du Carbet. Elle repartit rapidement le 27 juin 1635 pour la Guadeloupe, trouvant le relief trop accidenté pour une exploitation rentable. Cette expédition comprenait des 40 habitants et 500  engagés.